logo-article

Les mains lâchées

Anaïs Llobet

La tragédie de Yolanda/Haiyan, le typhon le plus puissant de l’histoire de l’humanité

 Madel, une jeune française, présentatrice télé sur une chaîne câblée des Philippines, est partie rejoindre son compagnon Jan, à Tacloban sur l’île de Leyte. Alors qu’ils s’apprêtent à fêter l’anniversaire de Jan, le typhon Yolanda s’abat sur l’île. Après le passage du cyclone, Madel se retrouve seule dans la villa ; l’employée de maison gît sur le lit, l’enfant qu’on lui avait confié et Jan, ont disparu. Elle va alors être écartelée entre son métier de journaliste à la recherche de témoignages sordides, l’aide humanitaire qu’elle sera tentée d’apporter et son envie intime de se laisser aller à ses émotions et à la recherche de son bien-aimé.
Le récit de Madel, intercalé de témoignages de Philippins, sensibles et pudiques, dresse un portrait tout en douceur de ceux qui aident -pompiers, médecins, administratifs, bénévoles- en opposition avec la violence du cataclysme.
L’auteur, dans un texte court, rythmé, précis, sous-tendu par une écriture sans fioritures, a remarquablement su éviter tout pathos, en adoptant la distanciation nécessaire pour nous conter cette tragédie.
Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.