logo-article

Les dents de lait

Bukowski, Helene

« J’ai vu le bleu du ciel, on aurait dit qu’il avait été évidé et je me dis qu’un jour ou l’autre des maisons aussi il ne restera que des squelettes. ».

Roman mystérieux où le récit est un segment fermé style [AB].

On ne sait pas grand-chose avant A et en ce qui concerne B, à vous de lire.

 

Skalde vit avec sa mère Edith au bord de la forêt. Elles habitent dans une région envahie par le brouillard. Les autochtones sont repliés sur eux. Une catastrophe apocalyptique semble avoir chamboulé leurs vies.

Pour se préserver du dehors, de l’inconnu les habitants ont fait sauter le pont les reliant aux autres. Ils ont peur pour leurs réserves de nourritures, ils ont peur d’un virus potentiel, ils ont peur.

Skalde ne s’entend pas vraiment avec Edith, femme énigmatique naviguant entre le positif, le négatif et le néant.

Un jour Skalde ramène à la maison un jeune fille rencontrée dans le bois.

Alors tout s’emballe, les voisins refusent la présence de cet enfant. Skalde doit l’abandonner où les autres s’en chargeront d’une manière radicale.

Et pour accentuer le tout, la fillette a des cheveux roux flamboyant, ce ne peut être qu’un démon.

 

« Les dents de lait » est un roman captivant où l’intrigue est le reflet des personnages tous aussi ambigus les uns que les autres. Les chapitres sont courts et donnent un rythme de lecture accaparant. Un écrit poétique et sec, où réalisme et imaginaire se bousculent en gardant des perspectives illimitées.

 

« Tu ne peux pas attendre du monde qu’il soit toujours exactement comme dans les livres. ».

Feux De Brouillard : Avant et Arrière | Codedelaroute.io

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.