logo-article

Le rapport chinois

Pierre Darkanian

Comment faire du plein avec du vide

Après un test qui ne semble guère sélectif Tugdual Laugier est embauché par le cabinet Michard avec un salaire de 7000 euros mensuels.

Cependant les bureaux sont presque vides de personnel et on ne lui donne aucune tâche à effectuer. Pour meubler le temps il se livre à toutes sortes de fantaisies dont l’une consiste à battre un record, celui du nombre de buchettes de sucre qu’il parviendra à mettre dans sa bouche.

Ceci est-il un emploi fictif? Même Tugdual dont la suffisance n’a d’égale que la médiocrité ne semble pas le soupçonner.Il laisse entendre à sa fiancée qu’il abat un travail colossal surtout quand, après plusieurs mois d’inactivité totale, un autre membre du cabinet lui confie la tâche de rédiger un rapport pour un client chinois. Ce rapport va déclencher toutes sortes de situations inattendues et cocasses.

Ce roman farcesque brocarde les milieux d’affaires avec une drôlerie des plus réjouissantes.  Tugdual Laugier pourrait devenir par la bêtise qu’il incarne un de ces personnages type de la littérature qui sont une référence à eux tout seuls.

 

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *