logo-article

Le goût du baiser

Camille Emmanuelle

Comment apprécier un baiser et cet autre qu’on aime quand on a perdu le goût et l’odorat ?

Dans ce roman « Le goût du baiser » on suit Aurore qui, la veille de rentrer en première, a un accident de vélo. Suite à sa chute, elle perd le goût et l’odorat.

Cet handicap invisible va complètement la bouleverser. Elle s’éloigne d’elle-même, de son corps en qui elle a perdu confiance.

Mais la chance lui sourit lorsqu’Antoine, un garçon pour qui elle craque complètement, l’invite à une soirée. Malheureusement cette soirée est loin d’être aussi bien qu’elle l’imaginait. Elle va en ressortir profondément humiliée.

Par la suite on découvre la façon dont elle parvient à se reconstruire, à aimer de nouveau, à apprivoiser son corps, à affirmer ses désirs, à s’émanciper… et ce grâce à sa fidèle amie Bintou, la boxe et l’amour !

Ce roman appartient à la collection « L’ardeur » chez Thierry Magnier. L’objectif de cette collection s’adressant à tous à partir de 15 ans est « d’ouvrir son catalogue à des textes qui parlent de sexualité, de désir, de fantasme. L’Ardeur se pose résolument du côté du plaisir et de l’exploration libre et multiple que nous offrent nos corps. ».

Nous pouvons dire sans hésiter que « Le goût du baiser » rempli cet objectif. Nous avons là un texte parlant de sexualité, d’amour et de consentement de façon juste et poétique. Aurore parvient à se réapproprier son corps et ses désirs. C’est un personnage qui peut être inspirant pour beaucoup de jeunes femmes et hommes dans leur rapport aux autres et à la sexualité.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.