logo-article

Laisse la mer entrer

Barbara Balzerani

Quatre ans après Camarade lune qui avait défrayé la chronique voilà que les éditions Cambourakis publient Laisse la mer entrer, un roman générationnel en parti inspiré de sa propre histoire familiale initialement sorti chez Feltrinelli en 2014.

Quand en 1998 les éditions Feltrinelli ont décidé de publier Camarade lune, texte introspectif écrit en prison dans lequel Barbara Balzerani s’interroge sur ce qui l’a conduit à intégrer les Brigades Rouges et a en devenir l’un de leurs dirigeants, le moins que l’on puisse dire est qu’elles ont provoqué un tollé sans pareil. On imagine aisément que le fait de publier les mémoires d’une femme condamnée pour terrorisme ait pu susciter de vives réactions, à l’image de celle d’Antonio Tabucchi, qui a menacé l’éditeur de quitter le navire. Mais avec Camarade lune, comme en conviendra très largement la critique, bien plus qu’un ouvrage sulfureux c’est en premier lieu un écrivain de talent que Feltrinelli a révélé. Un écrivain dont nous retrouvons le style éminemment poétique avec Laisse la mer entrer.

Dans Laisse la mer entrer, elle se penche sur trois générations de femmes au sein d’une même famille : une grand-mère paysanne qui chérit son lien à la nature, une mère ouvrière à l’esprit curieux et une fille, première de la famille à accéder à l’enseignement supérieur, qui voudra changer le monde. Trois femmes dans une Italie rurale traversée par les guerres et les révolutions. Avec ce très beau roman, c’est la question de la transmission qu’interroge Balzerani, mais aussi en fil rouge la question de nos rêves et de nos aspirations pour nos enfants.

Avec beaucoup de poésie et de délicatesse, l’auteur dresse un portrait de femmes sensibles et fortes unies par un lien et une sensibilité indéfectible dans un monde changeant qui met à mal les relation humaines.

Vues : 0

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *