logo-article

La blessure

Jean-Baptiste Naudet

Un livre d’une rare puissance, extrêmement bien construit, mêlant les destinées de plusieurs personnes dont l’auteur lui-même.

Le livre évoque la guerre d’Algérie, vue de l’intérieur, à travers les lettres (réelles) d’un jeune soldat de 20 ans qui perdit la vie au combat. Ces lettres sont adressées à une femme, la mère de l’auteur.

Elle sombre dans la folie des années alors que l’auteur a 16 ans. Il part lui-même au “combat” et devient un grand reporter de guerre. Il couvre des conflits internationaux en Afghanistan, Bosnie, etc sans vraiment comprendre pourquoi, il répète l’histoire malgré lui.

Ma mère devient folle. Ma mère, Danielle, est en train de basculer dans la folie et je ne sais pas pourquoi. Dans ses ténèbres, elle emporte toute la maison. (…). Il faut que je parte, que je m’enfuie loin d’ici, vite.

L’auteur écrit ici un livre qui interroge le passé de ses parents et lui permet de comprendre la folie de sa mère. Pourquoi lui-même a choisi le métier de reporter de guerre qui le confronte à des horreurs et le fait lui aussi sombrer dans la folie jusqu’à se retrouver interné.

C’est un livre qui répare. Il répare son auteur, le père de l’auteur qui a conservé les lettres de sa femme et qui savait. Le fiancé disparu était son meilleur ami et il lui avait promis de veiller sur la fiancée. Il répare de la culpabilité face à l’Algérie. L’auteur va ainsi retrouver la famille de celui qui a tué le soldat et il ira également à la rencontre du frère de Robert, le soldat disparu.

Un grand livre sur l’absurdité de la guerre et sur la transmission

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *