logo-article

Haïti mon amour

Célimène Daudet (piano)

Il était assez naturel que la pianiste franco-haïtienne Célimène Daudet fût attirée par la (les) musique (s) de cette île. C'est ainsi qu'en 2017 elle crée en Haïti un festival de piano novateur. Ce territoire, qu'on sait meurtri, déshérité et qu'on devine attachant, a produit une métissage musical singulier entre romantisme européen et répertoire traditionnel, que la pianiste nous invite à découvrir.

Ne cherchez aucun nom de compositeur connu dans ce récital original (si l’on excepte la dernière plage qui est une transcription de Chopin par Liszt), vous entendrez des compositions de  Justin Elie, Edmond Saintonge, ou encore Ludovic Lamothe,  surnommé le “Chopin noir”.

Danza n° 4 / L. Lamothe

Le mix est particulièrement savoureux. Souvent formés au Conservatoire de Paris ces compositeurs haïtiens de la fin du 19è siècle sont imprégnés des codes musicaux romantiques, longs arpèges, prédominance des motifs mélodiques, lyrisme assumé : bref un piano qui chante. Tout en incorporant les rythmes afro-caribéens si caractéristiques : mérengues chaloupées, danzas syncopées : bref un piano qui danse. Un petit brin de vaudou pour le côté sombre et mystérieux, et pour l’énergie fébrile.

Icônes vaudouesques : loco / L. Lamothe

Méringue populaire haïtienne n° 4 / . Elie

 

Les doigts agiles et sensuels de Célimène Daudet font merveille, on reste sous le charme de cette belle découverte entre répertoire classique, musiques du monde et un faux air du meilleur piano bar.

 

 

  • Pianoteur à vos heures, et envie de peaufiner vos syncopes ? :

picture

Afro-Caribbean [Partition] : Style collection : piano solo ; Mike Cornick, arrangements

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.