logo-article

Frankenstein 1918 : extraits des récits et témoignages de la vie de Victor, premier des non-nés du XXe siècle, par les protagonistes des évènements et leurs commentateurs tardifs.

Heliot, Johan

« Où était la logique, où était la grandeur, où la nécessité de l'ultime sacrifice ? Nulle part, évidemment. ».

Ce roman s’inscrit dans l’univers des uchronies.

 

« L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. »

 

Pour citer quelques œuvres en exemple :

Le maître du haut château de Philip K. Dick

La séparation de Christopher Priest 

Le faiseur d’histoire de Stephen Fry

Swastika night de Katharine Burdekin

Darwinia de Robert Charles Wilson

Juillet-août 1914, les moissons d’acier de scénario Xavier Dorison

Et d’autres encore.

 

En 1956, Edmond Laroche-Voisin, un chercheur en histoire est le détenteur de journaux intimes.

Il enquête avec son amie sur les lieux, les événements de l’histoire britannique.

En 1956, la Prusse est le vainqueur de cette guerre nommée la Guerre Terminale qui fut une boucherie de 20 ans.

 

Début des journaux.

 

La guerre de 1914 a mal commencé pour les alliés, c’est la débâcle.

Winston Churchill est horrifié par l’hécatombe humaine, il voudrait que cela cesse.

Winston Churchill n’est pas un adepte de cette guerre qui pour lui n’est qu’une histoire économique d’influence industrielle.

 

soldats français portant des masques à gaz basiques.

Les Britanniques ont en leur possession les archives du fameux docteur Frankenstein.

 

Winston Churchill devient, à sa demande, le responsable de l’unité de recherche sur la régénération.

Il rentre dans la clandestinité totale pour créer son élite de soldats.

Les « Frankies », les « non-nés » apparaissent et les événements s’enchaînent.

 

L’un d’eux, Victor, la première création et la seule possédant la parole et une intelligence réfléchie, sera l’éternel fuyant.

Cette créature sera le témoin de ce siècle de folie où il a eu la malchance de renaître.

 

Résultat de recherche d'images pour "Frankenstein penseur"Résultat de recherche d'images pour "Frankenstein penseur"Résultat de recherche d'images pour "Frankenstein penseur"

 

 » Longtemps, j’ai hésité à témoigner. Ajouter ma voix à la cacophonie du monde me semblait vain. Mais je nourris aujourd’hui l’espoir de donner aux hommes d’après-demain une leçon profitable, si toutefois il advient suffisamment de nouvelles générations pour habiter l’avenir. »

 

 

Frankenstein 1918 est un roman au rythme endiablé. L’atmosphère est captivante du début jusqu’à la fin du récit.

Le style d’écriture des journaux est lyrique avec une réelle pensée philosophique, politique qui laisse le lecteur dans une sorte de contemplation horrifiée.

 

« La rivalité est dans notre nature, plutôt que la coopération. »

« Je ne manque pas de foi en l’Homme ; plutôt en la façon dont il construit et organise sa vie dans des sociétés toujours plus complexes ».

A lire aussi :

Frankenstein ou Le Prométhée moderne de Mary Shelley.

Résultat de recherche d'images pour "Frankenstein ou Le Prométhée moderne de Mary Shelley"

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *