logo-article

Al Zman Saib

Fadoul

On appelle digger (du verbe ‘to dig', creuser) un passionné de musique à la recherche de l'enregistrement rare, de la perle oubliée qui craque quand on l'écoute, vinyle oblige, et fait craquer l'auditeur.

Jannis Strütz, fondateur du label allemand Jakarta Records, est l’un de ces archéologues.

En voyage au Maroc en 2012, c’est dans la médina de Casablanca qu’il déniche dans un coin d’une arrière-boutique d’électroménager de seconde main, une pile de 45 tours, l’actuel propriétaire ayant été dans les années 70 à la tête d’un label de disques.
La mention de James Brown sur la pochette de l’un des disques retient son attention.
A l’écoute, le titre Sid Reddad est bel et bien une adaptation en arabe de ‘Papa got a brand new bag’, sorti en 64 par le parrain de la soul. Le chanteur s’appelle Fadoul, son groupe (un trio basse, batterie, guitare) Les Prophètes.
C’est du funk arabe joué avec une énergie, une attitude punk ainsi que le dit Strütz, lequel fera plusieurs voyages au Maroc afin de retrouver la trace de Fadoul.

Né en 1942 et décédé en 1991, Fadoul était un médecin qui s’adonnait à la peinture et à la comédie avant de se consacrer à la musique. C’est lors d’un séjour à Paris que s’est forgé son intérêt pour la musique américaine en général et celle de James Brown en particulier.
Al Zman Saib reprend les 8 titres des 45 tours exhumés par Strütz dont une reprise, Al Zman Saib justement, d’All night long. Album funk et rock donc mais agrémenté aussi de mélopées orientales par l’apport d’un clavier et de percussions gnawa sur le dernier morceau.
Quant à la présence vocale et au grain de folie de Fadoul, ils compensent largement la qualité technique des enregistrements.

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *