logo-article

33 derniers soupirs : pièce pour un seul personnage

Fabrice Melquiot

Comment bien mourir quand on a tout vécu.

L’homme s’appelle Daniel Labarum. Il va mourir et dresse son bilan, clamant qu’il a tout vécu « à même pas trente-trois ans » : aimé toutes les femmes, y compris Julia Roberts et Monica Bellucci, tué des hommes, vécu une fascination bizarre pour un notaire de sa rue. A part ça, il lui arrive de se prendre pour Bartleby ou pour un savant fou de chez Flann O’brien.
La vie, quoi.
Est-ce un récit ? Est-ce un poème ? Est-ce bien une pièce de théâtre à un seul personnage comme le prétend la couverture ? On ne sait pas et ça n’a pas d’importance. De même que les digressions et les coqs à l’âne ne gênent pas la lecture. Car ce texte, c’est d’abord une confidence. Celle, anarchique mais passionnée, que pourraient faire tous les hommes dans un moment de grande fatigue.

Accompagné d’une belle lecture susurrée par l’auteur.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.