logo-article

Demain le silence

Kate Wilhelm

« Pas d’oiseaux. Pas d’insectes. Pas de poissons. Et partout, le silence. Tandis qu’il s’endormait, le silence devint une entité, un être doté de bras pour le bercer et de doigts apaisants qui s’insinuaient en lui, caressant sa chair et soignant ses nerfs à vif, ses nerfs brisés. »

Entre les guerres, l’arme atomique, la pollution et l’exploitation sans limite des ressources naturelles, la Terre n’a plus rien à offrir aux hommes. Afin de dénicher de nouveaux endroits à exploiter, on envoie des gens, non pas dans l’espace, mais dans le temps. C’est ainsi que Jan et Lorin, un couple de scientifiques, atterrissent dans une époque bien différente de la leur où aucune espèce animale ou humaine n’existe et ou d’immenses séquoias semblent avoir remplacé tous les autres arbres. Sans autres espèces vivantes que celles du règne végétal, Jan et Lorin découvre l’inattendu : le silence ! Alors que Lorin entrevoit en ce nouveau lieu un paradis potentiel dans lequel l’homme retrouverait une connexion à la nature, et pourquoi pas un lieu dans lequel élever des enfants, pour sa femme c’est l’angoisse. Très vite, la vie au sein d’une tour de 109 étages, la pollution qui colle aux bâtiments comme aux vêtements, et le fourmillement incessant des mégalopoles surpeuplées commencent à lui manquer…

Demain le silence est un texte de fiction spéculative visionnaire écrit en 1970 qui n’a rien perdu de sa richesse, et dont la thématique, dans notre ère de l’anthropocène, est on ne peut plus d’actualité.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.