logo-article

L’hypnose pour réhumaniser le soin

Protéger, cicatriser, inventer

Patrick Bellet

Si elle est encore victime de préjugés, l'hypnose est devenue aujourd'hui une alliée de la médecine scientifique et une aide pour tisser le lien entre soignants et patients.

L’auteur, médecin et praticien de l’hypnose, expose les avancées dans ce domaine en transcrivant, avec pudeur, le témoignage de patients. Il décrit cet état, particulier mais naturel, dans lequel les relations usuelles entre le corps et la conscience sont modifiées de telle sorte qu’il est possible de changer la perception des sensations ressenties.

Patrick Bellet, qui pratique cette discipline depuis 28 ans, a écrit un ouvrage « mixte », destiné autant au grand public qu’aux praticiens. Il y laisse la part belle aux récits d’expériences menées par des professionnels du milieu médical et paramédical. Leurs textes montrent la diversité des applications de ces techniques, sans pour autant qu’il s’agisse d’indications au sens thérapeutique du terme. À travers ces exemples, écrits par des pratiquants de ces techniques, l’ouvrage montre les avancées spectaculaires obtenues.

L’auteur définit l’hypnose comme « un état modifié de physiologie normale et naturel ». Il cite l’exemple de l’élève « dans la lune », qui plongé « dans son monde », ne reçoit plus les messages du professeur. Il explique qu’en thérapie, on prolonge et on intensifie cet état de déconnexion pour créer une situation thérapeutique. Il met l’accent sur les difficultés du rôle des soignants, et conteste l’approche quantitative de la santé, où « vite égale bien ». Il expose comment l’hypnose, qui « modifie le rapport au temps », peut améliorer la qualité du soin en réintroduisant de la parole, de l’humain, du lien.

Cette approche ouvre de nombreux champs thérapeutiques, mais aussi de nouvelles voies à la recherche sur la conscience, aux rapports complexes entre l’esprit et le corps, autant de domaines que les médecines alternatives et complémentaires essaient tant bien que mal de défricher. Comme le rappelait Milton Erickson, pionnier de la renaissance de l’hypnose, « l’inconscient est une réserve de ressources, une friche féconde qui ne demande qu’à être cultivée ».

Pour aller plus loin :

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *