logo-article

De mémoire

Yamina Benahmed Daho

Il n’en subsiste qu’un bleu à la cuisse, qui devrait disparaître avec le temps, sauf que le souvenir ne s’efface jamais.

De mémoire, parle d’une agression à caractère sexuel, un soir de 31 décembre à l’entrée d’un immeuble. La victime arrive à s’échapper et tout laisse penser qu’elle va pouvoir s’en remettre, mais ce traumatisme va s’ancrer, se diffuser dans tout le corps et l’esprit.

Sur un sujet aussi délicat, l’intelligence de Yamina Benahmed Daho, c’est de ne pas aller vers l’horreur du viol, pour montrer qu’il n’y a pas de crime plus traumatisant qu’un autre, que l’on vit chaque agression de manière différente, même quand les institutions vous écoutent, même quand les psys vous écoutent et qu’elle peut changer totalement votre vie. Les années passent, et il en subsiste toujours quelque chose de dramatique, qui se ravive avec le procès.

C’est un livre sur le traumatisme, sur la difficulté de revivre après, qui n’est jamais revenir à la vie d’avant, mais comment repartir, comment reprendre les rênes d’une existence volée par l’agression.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.