logo-article

Un tramway nommé désir

Tennessee Williams

J'ai été complètement subjuguée et troublée par le film en noir et blanc Un tramway nommé désir d'Elia Kazan. C'est un film qui marque durablement. Un pur chef d'œuvre indémodable ! Un ménage à 3 diabolique ! Un film incandescent et dérangeant, puissant et cruel ! Le film est tiré de la pièce de Tennessee Williams qui connait tout de suite un grand succès et remporte le prix Pulitzer en 1948. Le film datant de 1951, multi-oscarisé, entre immédiatement dans la légende du cinéma américain. Et voir ce film m'a donné envie d'en savoir un peu plus sur ses personnages, sur la pièce et sur Tennessee Williams.

Le synopsis

Récit de la descente aux enfers d’une jeune femme, Blanche. Après une longue séparation, celle-ci vient rejoindre sa soeur, Stella, à La Nouvelle-Orléans. Stella vit avec son mari, Stanley, ouvrier d’origine polonaise, dans le vieux quartier français. Ce dernier n’apprécie guère les manières distinguées de Blanche et cherche à savoir quel a été le véritable passé de sa belle-sœur.
Le conflit s’envenime et Blanche sombre peu à peu dans la folie…

Les acteurs et les personnages

La pièce donne aux personnages une profondeur humaine et émotionnelle. Âgé de 27 ans, Marlon Brando devient, une superstar hollywoodienne. Avec son jeu intensément sauvage, son physique, sa sensualité, il s’impose comme l’icône américaine de l’érotisme masculin.
Ce film offre aussi à Vivien Leigh son dernier grand rôle, après celui de Scarlett O’Hara dans Autant en emporte le vent. Elle est plus que bouleversante…

« Par la puissance de son jeu, le duo Brando/Leigh instille une ambiance étouffante qui nous transporte jusqu’aux confins de la folie et du désir. » (Source)

Les thématiques de la pièce

La pièce touche à de nombreux sujets atemporels tels que la sexualité et sa complexité, le désir, la folie, le Sud des Etats Unis et ses préjugés, la marginalisation, mais aussi l’opposition rêve/imaginaire, répulsion/fascination, manipulation/pouvoir, identité/société…
L’écriture de Tennessee Williams est d’une telle acuité, d’une telle virtuosité qu’elle donne le sentiment de s’adresser intimement à chacun de nous, particulièrement lorsque l’auteur explore le sujet de la famille.
D’inspiration nettement tchékhovienne, la pièce fait penser à La cerisaie : des personnages qui se déchirent en famille, sur fond de propriété en perdition…

Tennessee Williams (1911-1983)

Il est le premier auteur américain à entrer au répertoire de la Comédie-Française avec Un tramway nommé désir. Il fait partie des auteurs qui ont le plus inspiré le cinéma hollywoodien durant les décennies 1950 et 1960 avec ses pièces La rose tatouée, La chatte sur un toit brûlant, Soudain l’été dernier ou encore La nuit de l’iguane.
Enfant, cloué au lit par une grave maladie, il commence à écrire ses premiers poèmes et premières saynètes. En 1937, sa sœur est internée en hôpital psychiatrique. Il coupe alors les ponts avec sa famille et s’installe à New-York. Il vivote alors en enchaînant les petits boulots et continue à écrire du théâtre.
Il est réformé au moment de l’engagement des États-Unis dans la seconde guerre mondiale à cause de son dossier psychiatrique, de son alcoolisme, de son homosexualité et de ses troubles cardiaques.
Il est alors embauché par la MGM à Hollywood, pour divers travaux d’écriture. Il propose un scénario à la MGM, qu’elle refuse. Il en fait alors une pièce, La ménagerie de verre, qui devient un grand succès et est adaptée au cinéma. Il devient alors tout à coup célèbre.

Le succès

En 1947, Un tramway nommé désir confirme son statut de grand dramaturge. Ses pièces se succèdent alors sur les planches de Broadway et sont de grands succès. Elles sont aussi vues comme des révolutions dans le théâtre américain.
Mais si aujourd’hui Tennessee Williams est l’auteur américain le plus joué à travers le monde et en particulier en France, c’est parce que son œuvre fût largement adaptée à l’écran.
Il est considéré en Russie comme le plus grand auteur depuis Tchekov. Président du festival de Cannes en 1976 et auteur de ses mémoires en 1978, Tennessee Williams est mort dans sa chambre d’hôtel dans l’indifférence quasi générale.

Pour aller plus loin

- Tennessee Williams / Philippe Adrien, Lee Breuer, Elisabeth Chailloux / 2011 [Livre]
- Tennessee Williams : l’oiseau sans pattes / Félicie Dubois / 1992 [Livre]
- A streetcar named desire, Tennessee Williams (1947), Elia Kazan (1951) [Livre]
- La société américaine dans le théâtre de Tennessee Williams / Sandrine Villers [Livre]
- Les 10 plus grandes pièces américaines à découvrir ou redécouvrir… [Article sur linflux.com]
- Notre bibliographie de pièces classiques et contemporaines sur le thème de la folie [Article sur linflux.com]

Et n’oubliez pas qu’On a tous quelque chose en nous de Tennessee… (!)

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *