logo-article

Bitter root

David F. Walker/ Chuck Brown (scénaristes)/ Sanford Green (dessinateur)

À mi-chemin entre Ghostbusters et The Goon, Bitter Root vous invite dans une histoire qui dépasse largement la simple chasse aux monstres et qui se veut un reflet des maux qui rongent la société.

Les Sangerye étaient autrefois réputés pour être la plus grande famille de chasseurs de monstres de tous les temps. Leur spécialité ? Purifier les âmes infectées par la haine, qui transforme les êtres humains en démons hideux. Ce temps est révolu. Une terrible tragédie a décimé la famille, et les survivants sont désormais divisés par les blessures du passé et par leurs méthodes : sauver ou tuer ces créatures. Mais face à un nouveau type de monstre qui sévit dans les rues de Harlem, les Sangerye vont devoir s’unir et combattre, ou regarder l’humanité s’effondrer dans un mal plus profond encore…

Si cette série semble classique de prime abord (une famille de chasseurs confrontés à des démons), elle diffère de part le contexte dépeint. En effet les Sangerye, famille noire du Harlem des années 20, est confrontée aussi bien aux Jinoos et autres créatures démoniaques qu’à la violence quotidienne d’une époque  où le racisme ambiant noircit les âmes. Bon nombre de Jinoos ont fait leurs armes aux côtés du Ku Klux Klan, ou de policiers un peu trop zélés à passer à tabac des personnes de couleur. Pourtant, face à cette violence révoltante, cette famille adopte une réaction profondément humaine en cherchant à guérir plutôt qu’à éradiquer.

Outre ses dessins à l’identité particulière et son scénario bien ficelé, ce comics se veut plus profond. Dans la mouvance de Black Lives Matter, l’ouvrage intègre en fin de volume de nombreux entretiens d’écrivains et chercheurs spécialisés dans ce qu’on appelle pudiquement la culture noire américaine. 

Une série excellente dont les qualités graphiques et scénaristiques, lui ont valu une nomination aux prestigieux Eisner Awards 2019 pour le titre de « Meilleure Nouvelle Série ».

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.