logo-article

Desiderata

Ben SHEMIE

Ben Shemie, auteur déjà de deux albums chez Hands in the Dark et d’un mini LP autour de la Roland TB 303 à l’origine de l’acid house, est en train de construire une discographie passionnante en parallèle de son groupe Suuns.

Alors que son groupe mélange krautrock, drone et électronique, leur leader verse plutôt dans une musique expérimentale et ambient. Son nouvel album, Desiderata, sort sur le label américain Joyful Noise et ouvre les fenêtres de compositions que l’on pouvait parfois trouver trop hermétiques.

Ce travail d‘ouverture se fait notamment par la présence d’un ensemble de cordes, le Molinari String Quartet sur la majorité des titres, qui donne un aspect non pas pop (on n’est pas chez Rosalia) mais en tout cas bien plus accessible.

Ce sont le violoncelle, l’alto et les violons qui charpentent et donnent dorénavant du relief aux compositions du canadien.

Les arrangements sont très variés : ici des influences arabisantes (The Eye), ailleurs c’est un crossover très réussi entre cordes et breakbeats drill and bass (The Passage).

Mais LE titre de l’album reste très probablement The future indefinite qui nous renvoie à la collaboration Jean-Claude Vannier / Serge Gainsbourg pour Histoire de Melody Nelson, la voix du français étant remplacée ici par le chant passé aux filtres multiples de Ben Shemie.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.