logo-article

Un barrage contre le Pacifique

Duras, Marguerite

"La connaissance qu'a un seul homme de la faute de cent autres ne lui sert à rien."

L'écriture durassienne

Roman publié en 1950.

Cette fresque est inspirée par la jeunesse de l’auteur.

L’action se passe en Indochine. Une famille – composée de la mère, de la fille et du fils – survie dans une plantation désastreuse qui ne leur rapporte rien.

 

Ici, la confrontation entre les riches colonialistes et les « petits blancs » est le vif du sujet.

Au loin, les autochtones sont évoqués et leur situation est des plus accablantes.

La vision des enfants mourants sur les chemins et enterrés le plus vite possible sur le lieu du décès est une réalité bouleversante.

 

La vision de ce monde est un enfer.

 

La mère essaye de survivre dans ce lieu, elle est à la marge entre les deux réalités.

Sa santé mentale est pesante, elle se dégrade de jour en jour. Elle est appréciée des paysans mais cela ne suffit pas pour rendre à tous une vie acceptable.

Ici, manger est un luxe.

 

Un jour lointain, la mère a eu comme projet de gagner des terres cultivables sur la mer, la réalisation d’un barrage contre le pacifique, mais ce fut un échec et le récit du roman se situe après ce désastre où l’abîme guette.

 

Maintenant pour le fils et la fille, une seule solution, la fuite.  Mais comment ?

 

La fille belle, séduisante se penche sur la possibilité de devenir une femme-appât.

« Le jour viendrait où une automobile s’arrêterait enfin devant le bungalow. »

Le fils, lui, est plus volcanique, partir le hante même si le désespoir d’abandonner sa mère est pour lui un bouleversement.

 

Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras est un roman d’une force incroyable. L’humanité est perdante sur tous les plans.

Le colonialisme est une plaie ouverte, les paysans sont anéantis.

Les financiers sont les maîtres absolus qui sabotent tout pour leur profit.

Les liens entre les personnages sont une distorsion permanente.

 

Si vous n’avez jamais lu du Duras, ce roman est le bon pour commencer.

A voir le site de Lonely planet où il y a un article sur les sept films marquants sur l’Asie du Sud est.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *