logo-article

Ce que nous avons perdu dans le feu

Mariana Enriquez

Douze nouvelles à la limite du fantastique : glaçant.

Abandonnez tous vos préjugés sur le fantastique et sur les nouvelles. Celles-ci vous entraineront comme jamais. 

Entre le réalisme magique propre à l’Amérique latine, le macabre, les fantômes de la dictature argentine et leurs ombres qui rodent, la crise économique et sa pauvreté galopante, la jeune auteure et journaliste argentine nous promène non loin de la folie. Et décrit en peu de mots le rapport au corps, aux hommes, à la ville, des protagonistes de ses nouvelles. En extirpant la part sombre, la part monstrueuse, des individus.

Soyez prévenu, quand même, futur lecteur, vous n’échapperez pas aux adolescentes s’arrachant les ongles, aux enfants fantômes, ni au guide touristique spécialisé en serial killers ou aux immolations de femmes…

Auteur à découvrir aux Assises Internationales du Roman 2017.

 

Vues : 0

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *