Théâtre

Rodrigo Garcia comme un enfant sans tabou

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 23/09/2016 par Dominique

Son théâtre soulève de vives polémiques depuis plus de 20 ans. Avec ses spectacles, "Golgotha Picnic", en 2011 et "Accidens, matar para comer", en 2014-2015, il atteint des sommets. Au-delà de son aura sulfureuse, l’œuvre de Rodrigo Garcia, auteur et metteur en scène, gagne à être connue. Elle a la faculté de produire des chocs esthétiques de l'ordre de l'art contemporain.

Festival d
Festival d'Avignon / 2007 / Festival In / Approche de l'idée de méfiance - Rodrigo Garcia / © Émile Zeizig - mascarille.com

Pour défendre son travail, concernant Accidens, pièce qui met en scène la mise à mort d’un homardil a ces mots sans concession :

« Si dans le monde meurent chaque jour environ cent mille homards sur les tables des restaurants […], il se trouve que le seul homard qui meurt pour une cause poétique, c’est le nôtre […] Et ça, ça vous dérange terriblement. »

« Ce parfait inconnu » qui passe pour un « imbécile » à ses débuts, et qui s’est toujours défini comme « un trouble-fête à la con » est né en 1964.

Rodrigo Garcia est hispano – Argentin. Auteur et metteur en scène, il est, depuis le 1er janvier 2014,  directeur du Centre Dramatique National de Montpellier, qu’il renomme humainTROPhumain .

C’est lui qui crée le Carniceria Teatro à Madrid en 1989.

Jusqu’au-boutiste, il interroge la notion de limite et amène le spectateur à réfléchir, par l’utilisation de moyens inhabituels : nus frontaux, sécrétions, animaux sur scène. Ses œuvres parlent de l’occultation des excès et dynamite le théâtre traditionnel. Elles ont l’audace d’un enfant sans tabou.

Cet homme formé à la publicité, puise aussi son inspiration dans le mouvement de l’agit-prop : forme de théâtre de propagande qui s’est mis en place pendant la révolution russe. Il puise également dans l’histoire de la performance et du body art.

Sensible à l’omniprésence de l’image et à l’importance des lobbies, il réactualise dans ses œuvres les formes propagandistes de l’agit-prop, avec des formes culturelles actuelles.

Son théâtre fonctionne, parce qu’il marque depuis le début un engagement auprès des acteurs : l’acteur et le plateau sont les matières premières de son théâtre pour une œuvre qui prend acte de l’instant. Cela fait de lui un « écrivain de plateau » selon le critique de théâtre et philosophe Bruno Tackels.

Bibliographie

Textes de Rodrigo Garcia

Les revues qui parlent de Rodrigo Garcia

Les écrivains de plateaux

Le théâtre d’Agit – Prop

Pour aller plus loin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Rodrigo Garcia comme un enfant sans tabou”

  1. Grâce à Rodrigue dit :

    Le problème, avec Rodrigo Garcia, c’est il est persuadé d’être subversif et inventif. C’est méconnaître l’histiore du théâtre : il ne fait rien qui n’ait déjà été fait dans les années 70. Qu’on le porte aux nues est une aberration non pas morale, mais bien historique. Son travail n’est ni nul ni génial, c’est simplement du réchauffé… En tout cas, merci pour les nombreux liens de la bibliographie, votre article est précieux et vous faites là un beau travail de bibliothécaire ! Merci, donc, et chapeau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *