Tout sur la mère

- temps de lecture approximatif de 9 minutes 9 min - Modifié le 17/06/2016 par Bibliothèque municipale de Lyon

Medee-2.jpg
Medee-2.jpg
Le 23 juillet 2006, Jean-Louis Courjault, cadre en poste à Séoul, découvre deux cadavres de nouveaux-nés dans le congélateur familial, alors que sa femme Véronique et leurs deux fils passent leurs vacances en France. Les analyses ADN révèleront bientôt qu’il s’agit des enfants du couple. Peu après, la mère de famille, reconnue pour son dévouement et son amour des enfants, avoue trois infanticides.
Quelques références pour tenter de se dégager de la sidération et du jugement hâtif, pour penser cette étrangeté qu’est la maternité, ce moment d’extrême fragilité et d’ambivalence que représente la naissance d’un enfant.

Le mythe de l’ogresse.

Marâtres, ogresses, sorcières, les mères des mythes et de la littérature traditionnelle ont souvent peu de traits communs avec celles chantées par la pub et les nostalgiques d’une enfance choyée et peut-être réinventée.

JPEG - 9.3 ko
Médée

Médée
- Médée, que Jason a trahie, tue les fruits de leurs amours…

Conte du genévrier
- Dans ce conte de Grimm, un jeune garçon, tué par sa marâtre, est donné en ragoût à son père. « Ma mère m’a tué, mon père m’a mangé, et ma petite soeur a rassemblé mes os… »

Mère et enfant dans l’histoire

L’enfant n’a pas toujours été celui pour lequel, et autour duquel, se constituent le couple et la famille. Résultat du rapport sexuel, libre ou contraint, son arrivée n’était pas nécessairement vécue comme un moment de félicité.

Histoire des mères et de la maternité en Occident, par Yvonne KNIBIEHLER, PUF
- Que la femme fasse l’objet de recherches en sciences humaines comme de préoccupations politiques et sociales est une chose relativement récente ; c’en est une autre, et bien plus ancienne, de mettre la dimension maternelle au cœur de ces questions. C’est cet aspect encore peu exploré sur le plan sociologique que cet ouvrage éclaire, en s’attachant à dégager les grandes phases qui structurent l’évolution du statut et de la fonction de la mère ainsi que de l’image de la maternité, dans la société, dans la famille, mais aussi dans la conscience de chaque femme

Des criminelles au village : femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), par Annick TILLIER, Presses Universitaires de Rennes
- En droit français, le terme infanticide désigne le meurtre commis sur un enfant dans les trois jours suivant sa naissance, qui correspondent au délai légal de sa déclaration à l’état civil. C’est dire que ce crime est avant tout celui de l’illégitimité et qu’il frappe particulièrement les enfants dont la naissance doit demeurer clandestine. Les sources judiciaires permettent de reconstituer une grande partie des crimes. Elles éclairent la personnalité des femmes mises en accusation, leur vie quotidienne, leurs amours, le regard que portent sur elles les communautés villageoises.
Annick Tillier, docteur en histoire, conservateur en chef à la Bibliothèque Nationale analyse, dans une langue claire et fluide, tout à la fois, les logiques économiques, sociales et psychologiques révélées par le fonctionnement de la justice criminelle dans la première moitié du XIXe siècle en Bretagne.

L’enfant et la famille, Les collections de L’Histoire, n° 32
- Nous vivons aujourd’hui en Occident à l’ère de l’enfant-roi, sujet de droits, centre de la vie familiale, prescripteur en matière de consommation. Il n’en a pas toujours été ainsi. La découverte de l’enfance est un phénomène récent à l’échelle de l’histoire. Après l’indifférence, voire le mépris de l’Antiquité, le regard a commencé à changer au Moyen Age. Mais c’est l’époque des Lumières qui ouvre l’ère de l’enfant choyé et désiré. Une plongée de 3000 ans au coeur de la vie quotidienne des familles.

Rites et croyances autour de la naissance et de la mort de l’enfant

- La naissance, longtemps source d’extrême danger pour la mère comme pour l’enfant, donnait lieu à toutes sortes de rites destinés à « humaniser » ce moment.

BMP - 8.6 ko
Les enfants des limbes
Audibert

Les enfants des limbes : mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, par Jacques GELIS, Audibert
- Autrefois, la naissance d’un enfant mort affectait d’autant plus les parents que l’Eglise interdisait de l’enterrer dans le cimetière paroissial s’il n’avait pas été baptisé, et que son âme était condamnée à rester dans le  » Limbe des enfants  » pour l’éternité. Cette croyance est à l’origine d’un rite qui apaisait la culpabilité des parents et les aidait à faire leur deuil : on apportait le petit cadavre devant la statue d’un saint ou d’une Vierge miraculeuse en l’implorant de donner un  » répit  » à l’enfant, et soudain, tandis que l’assistance récitait des prières, des changements apparaissaient sur le petit corps que l’on interprétait comme des  » signes de vie  » ; le prêtre pouvait alors baptiser l’enfant, lui ouvrant ainsi les portes du paradis. Derrière leur apparente brutalité, les documents réunis dans cette enquête historique montrent comment des générations de parents ont fait face à leur douleur en accomplissant ce rituel ancestral.

Quand les démons enlevaient les enfants : les changelins : étude d’une figure mythique

, par Jean-Michel DOULET, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne
- Naguère, circulaient dais les campagnes d’étranges histoires pleines d’angoisse, de peurs et de culpabilités mal démêlées. Celles-ci témoignaient d’une croyance qui donna lieu à divers rituels, parfais dramatiques, dont on peut suivre la trace du Moyen Age jusqu’aux portes du XXIe siècle. Que racontaient-elles ? Que des fées, des nains, des elfes et bien d’autres créatures pouvaient enlever les enfants au berceau et déposer à leur place leur propre progéniture. On appelait ces inquiétants enfants des changelins.

Amour maternel et ambivalence

Dans l’intime des mères, par Sophie MARINOPOULOS, Fayard
- Sophie Marinopoulos raconte toutes ces mères : celles que la grossesse rend heureuses ou malheureuses, celles qui souffrent de ne pas avoir d’enfant, celles qui ont peur de son arrivée, celles qui renoncent à lui, celles qui culpabilisent de ne pas l’aimer suffisamment, encore trop nourries de l’idée de l’instinct maternel… Elle nous dit aussi comment la maternité prend naissance dans l’esprit des femmes, comment elle se fonde dans l’enfance et comment un jour elle se manifeste par un désir d’enfant.

Sophie Marinopoulos est psychologue clinicienne, psychanalyste. Elle exerce à Nantes à la maternité du CHU et au centre médico-psychologique Henri-Wallon. Elle participe à des travaux cliniques et de recherche sur la filiation et la famille au niveau national et international.

BMP - 14.8 ko
Les instincts maternels
Payot

Les instincts maternels, par Sarah BLAFFER HRDY, Payot
- Qu’est-ce qu’un instinct maternel ? Une femme peut-elle le « perdre » ? Si les femmes aiment instinctivement leurs bébés, alors pourquoi trouve-t-on tant d’exemples de femmes ayant contribué, directement ou indirectement, à leur mort ? Pourquoi tant de mères, à travers le monde, adoptent-elles vis-à-vis de leurs propres enfants des comportements discriminatoires ? Dans cet ouvrage l’anthropologue, primatologue et sociobiologiste américaine Sarah Blaffer Hrdy traite notamment de l’infanticide chez les primates. Alors que chez les primates non humains celui-ci n’est jamais le fait de la mère et rarement d’un individu apparenté au nouveau-né, et alors que les hommes tendent à tuer des gens auxquels ils ne sont pas apparentés, lorsque des femmes provoquent la mort de quelqu’un (par omission ou par intention), il s’agit le plus souvent de leur propre enfant.

Le complexe de Médée : quand une mère prive le père de ses enfants, par Alain DEPAULIS, De Boeck
- Le complexe de Médée est avec Œdipe la figure mythologique la plus courtisée, mais aussi la plus scandaleuse. Dans l’œuvre d’Euripide, une femme assume en toute lucidité le meurtre de ses enfants : une destinée tragique inacceptable, tel que le prouve l’effet de censure dont cette oeuvre a été l’objet au cours des siècles et les variations réalisées pour en masquer l’horreur. Quel écho trouve-t-elle dans la réalité ? A travers des registres très différents, la criminologie (certains cas d’infanticides maternels), la clinique infantile (certains cas d’aliénation mentale) et les affaires familiales (des pères privés de leur enfant), une constante s’impose : une femme abandonnée par son mari réduit ses enfants à un objet de vengeance.

Emprise et violence maternelles, par Françoise COUCHARD, Dunod
- La figure des mères rendues folles par leur maternité, de mères meurtrières, fait partie intégrante de notre culture depuis que la démesure (l’hybris) de la mère antique se déploie dans les tragédies grecques. Le livre de Françoise Couchard nous rappelle combien les limites entre un amour éperdu pour l’enfant et une emprise violente à son endroit sont fragiles. L’auteur analyse les mécanismes pouvant conduire la mère au meurtre de l’enfant quand elle ne supporte plus qu’il lui échappe ou ne lui ressemble pas suffisamment.

Françoise Couchard, psychanalyste, est professeur de psychologie clinique et d’anthropologie psychanalytique à l’université de Paris X-Nanterre.

Baby blues, psychose puerpérale et déni de grossesse

Psychanalyste à la maternité, par Sylvain MISSONNIER
- La naissance à terme dans de bonnes conditions d’un bébé « bien portant » est censée être une fête. Mais c’est aussi un lieu de violence psychosomatique, et la ritualisation qui l’accompagne marque bien la nécessaire symbolisation de cette situation potentiellement effractante. La naissance représente aussi pour la mère un deuil de la plénitude de la grossesse, de la relation fusionnelle avec l’enfant-fœtus, de l’enfant imaginé et, pour la primipare, du statut de fille (de la mère devenue grand-mère) et d’épouse, seule élue du conjoint.

Les troubles psychiques précoces du post-partum, Erès
- Si le post-partum blues est un syndrome bien connu des équipes travaillant en maternité, bien des questions restent ouvertes pour nombre de troubles survenant chez les mères dans les suites de l’accouchement. Quels sont-ils ? Comment les expliquer ? Où en est la question de la dépressivité chez la jeune accouchée ?

Et le père ?

JPEG - 14.9 ko
Cronos
wikimedia

Accoucher à domicile en 1920 Voir
Instinct maternel Voir

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *