L’Info retrouvée

Le concours de façades et de devantures de magasins (1934)

- Modifié le 07/08/2018 par département Lyon et région

Cette rubrique propose de revenir sur des événements survenus à Lyon et dans la région au cours des deux derniers siècles, dans les domaines les plus divers, à travers un article de la presse locale de l’époque, une photographie, ou une illustration

Usine des pâtes alimentaires Regia. Fonds Jules Sylvestre. Bibliothèque municipale de Lyon
Usine des pâtes alimentaires Regia. Fonds Jules Sylvestre. Bibliothèque municipale de Lyon

L’initiative qu’a prise la ville de Paris à la fin du XIXème siècle d’instaurer un concours de façades pour lutter contre la monotonie de l’architecture urbaine et l’enlaidissement des rues fait école un peu partout. En 1909 la Mairie de Lyon, suivant l’exemple d’autres municipalités, ouvre son propre concours pour les façades et dispositions décoratives.

Ce concours organisé par la Société Académique d’Architecture de Lyon est créé en vue de reconnaitre et d’encourager, d’une part, les efforts matériels des propriétaires ou locataires et, d’autre part, les efforts artistiques de l’architecte ou du maitre d’œuvre. Une médaille d’or est décernée aux architectes des deux immeubles classés premiers et une médaille d’argent aux architectes des immeubles classés troisième, quatrième et cinquième.

Lors de sa deuxième édition le concours est étendu aux devantures des magasins et autres motifs décoratifs pouvant contribuer à l’embellissement de la ville.

En 1934 le jury attribue le 1er prix à l’immeuble situé 30 rue de Bourgogne à Vaise (photo ci-dessus). Le bâtiment a été édifié pour la société des Pâtes Régia d’après les plans de l’architecte François Bernard.  « D’une extrême sobriété de lignes, ce magasin contraste agréablement avec tous ceux qui l’entourent et il apporte à cette vielle rue lyonnaise une très heureuse note de modernisme. » (Extrait de La Vie lyonnaise, n°711, 28 avril 1934). La liste complète des résultats du concours est à lire ci-dessous dans le Salut Public du 17 avril 1934.

Dans les collections de la bibliothèque

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *