L’Info retrouvée

Opération « Bonnes pommes, belles dents » à la Duchère

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 16/01/2020 par Laurent D

Cette rubrique propose de revenir sur des événements survenus à Lyon et dans la région au cours des deux derniers siècles, dans les domaines les plus divers, à travers un article de la presse locale de l’époque, une photographie, ou une illustration

Les Enfants et les vacances. Groupe scolaire des Bleuets à la Duchère. Georges Vermard. Collection BML
Les Enfants et les vacances. Groupe scolaire des Bleuets à la Duchère. Georges Vermard. Collection BML

Le 16 septembre 1968, jour de rentrée des classes, une manifestation particulière se déroule à la Duchère au groupe scolaire des Bleuets. A l’invitation des producteurs de fruits de la région Rhône-Alpes, une distribution de pommes est organisée au bénéfice des enfants. Intitulée « Bonne pomme, belles dents », l’opération, que certains estimaient délicate un jour de rentrée, a pu être menée à bien grâce à la bienveillante compréhension du maire de Lyon, Louis Pradel. Mobilisés pour l’occasion des agents de police soustraits momentanément à leur mission se transforment en sympathiques marchands ambulants, aimables gardiens de pommes…qui n’étaient pas défendues.

La joie des enfants mordant à pleines dents dans de magnifiques Golden ou de rouges Starting sera la récompense qu’attendaient les initiateurs de l’opération dont l’objet est d’attirer l’attention sur le problème du marché du fruit. Car comme le dit avec humour le président de la section fruit de la fédération départementale des exploitants agricoles « Si du temps d’Adam, la pomme était un fruit défendu, aujourd’hui c’est un fruit qui a besoin d’être défendu », avant de déclarer plus sérieusement « Nous devons nous organiser […] Nous sommes à peine 30%. Nous devons être 80% pour réussir. Les retraits et les rejets à la décharge publique ne sont compris ni par les consommateurs ni par nos adhérents. Pour les premiers, ils ne peuvent admettre un tel gaspillage alors que les prix au détail sont forts, pour les seconds, produire et détruire sont incompatibles. Et pourtant nous ne pouvons rien. »

En même temps que des pommes les enfants ont reçu une feuille de papier qui leur permettra comme leurs petits camarades de Grenoble, Valence et Saint-Etienne, de participer au concours Paris Match « Dessine-moi une pomme », présidé par la comédienne Nicole Courcel.

Publicité. Paris Match. Octobre 1968

Sources consultées  

• Reflets de la vie lyonnaise, no. 171 (1er octobre 1968)
• L’Echo Liberté, 17 septembre 1968
• Le Progrès de Lyon, 17 septembre 1968

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *