logo-article

Tigane

Guy Gavriel Kay

Comme toujours chez G.G. Kay, la fantasy est un écho de l’histoire, et dans Tigane, c’est l’Italie qui est évoquée.

Deux empereurs sorciers se sont emparés d’un pays divisé et se comportent en tyrans. Cette victoire a eu pour conséquence la disparition du royaume de Tigane dans les souvenirs du peuple de la Palme, mais certains se rappellent encore du nom, de sa culture raffinée, et veulent se venger. Il y a de la tragédie Shakespearienne chez G.G. Kay, où les enjeux politiques rejoignent les dilemmes humains. Jusqu’où doit-on aller pour sa patrie ? Jusqu’où doit-on aller pour se faire aimer d’un peuple conquis par la force ? Les personnages hésitent et doutent, puis décident et prennent des risques. Les femmes se montrent tout aussi décisives que les hommes dans ces questions et forcent le destin quand nécessaire.

Dans cet univers, les grandes batailles laissent vraiment la place à l’intime et à la psychologie. Tigane est un livre sur l’identité et la mémoire, qui ne concerne pas seulement l’Italie réinventée, mais aussi toute l’Europe centrale d’après la chute du Mur et continue d’avoir un écho autour des conflits contemporains. Le passé est une prison dont il est difficile de se libérer, tant il contient des douleurs qu’on ne désire pas abandonner.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *