logo-article

1884, des syndicats pour la République

Stéphane Sirot

La loi Waldeck-Rousseau de 1884, acte de naissance des syndicats professionnels et de la liberté syndicale, a configuré la place et la nature de la représentation syndicale en France, avec les caractéristiques que nous lui connaissons : culture de la contestation, dispersion des organisations, déficit de légitimité…

Pourtant, Stéphane Sirot replace cette loi dans le contexte libéral du Second Empire, où les parlementaires y voyaient un moyen de pacification sociale. Ils tentèrent de contenir le développement des idées marxistes en encadrant le mouvement syndical et en l’éloignant du champ politique, et créèrent un syndicalisme basé sur la volonté individuelle plutôt que sur une obligation collective comme dans les pays anglo-saxons ou nordiques.

Si le projet des parlementaires du XIXe siècle n’a pas porté immédiatement ses fruits, il semble qu’il trouve écho dans le syndicalisme aujourd’hui…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *