logo-article

Moïse à Washington

Les racines bibliques des Etats-Unis

Lionel Ifrah

Les premières colonies américaines furent fondées par des Puritains anglais férus de la Bible hébraïque qui se proposaient de créer outre-Atlantique une nouvelle Terre promise.

A partir de la Renaissance, la Bible traduite et imprimée dans les langues vernaculaires devient une référence pour les penseurs de langue anglaise, et les études hébraïques se multiplient. L’analogie entre la conquête de l’Amérique et la Terre promise pour les fondateurs des premiers états américains transparaît dans l’attribution de noms bibliques à leurs villes, par exemple. Pendant la Révolution américaine, c’est en citant abondamment la Bible et en assimilant les Américains au peuple juif biblique que les patriotes enflammèrent leurs troupes. Ce pays, où 8 statues de Moïse trônent à la Cour Suprême, où chaque année se vendent 25 millions d’exemplaires de la Bible et où 40 millions d’évangéliques manifestent un soutien indéfectible à l’Etat d’Israël, est sans doute effectivement le lieu d’une « saga biblique ».

L’auteur est cofondateur du Centre de recherche sur les Juifs dans les pays de langue anglaise (Université Paris-X)

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *