logo-article

Le quaker

Liam McIlvanney

Une intrigue complexe et bien ficelée dans un Glasgow livré à la corruption

Glasgow, fin des années soixante : un triple meurtre non élucidé attribué à un personnage mi-ange mi-démon surnommé le Quaker, un inspecteur et ses zones d’ombre, missionné pour auditer la brigade incapable de trouver le meurtrier…

Voici la porte d’entrée dans ce policier du genre poisseux, se déroulant dans une Ecosse des petites gens et dans une ville en reconstruction, peuplée d’immeubles en ruines et de vies cabossées. Et puis, petit à petit, l’histoire se met en place, le mécanisme se déploie et on entrevoit la collusion du crime organisé et de la police. Collusion dans laquelle se bat le personnage central de l’inspecteur Duncan McCormack, trop moderne pour l’époque, qui va bien sûr résoudre l’énigme mais qui va aussi tout perdre.

Pas de sang, pas de sexe, pas de spectaculaire, un polar à l’ancienne, une atmosphère plus proche du Pont de Tolbiac de Léo Malet que du L.A. d’Ellroy.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *