logo-article

Chapitres de la chute : saga des Lehman Brothers

Dans sa pièce Stefano Massini retrace l'histoire des Lehman Brothers depuis l'arrivée d'Henry Lehman sur le sol américain en 1844.

Le récit est passionnant, on apprend plein de choses à la lecture de cette pièce.
La force de la pièce est de remettre l’humain au cœur d’un système qui, aujourd’hui, nous en apparaît dépourvu.

Le rythme de la narration, les faits précis et les anecdotes (par exemple la découverte des hasards qui permettent de faire fortune) : tout cela est fascinant.
L’auteur rend accessible ce qui nous est d’habitude présenté comme complexe et réservé aux experts économiques.

La saga familiale riche en intrigues et en rebondissements nous embarque comme dans un polar et nous tient en haleine.
Le style est assez romanesque, dépouillé, mais très précis, avec beaucoup de détails. Beaucoup de délicatesse et de poésie dans l’écriture. Des passages très drôles. Une très belle pièce !

EXTRAIT

Trois gars, les Lehman Brothers.
Henry,
Emanuel,
Mayer,
Henry est la tête des trois – a dit son père, là-bas en Bavière –
Emanuel est le bras.
Et Mayer ?
Mayer « bulbe » est ce qui doit être entre la tête et le bras,
pour que le bras ne casse pas la tête
et la tête n’humilie pas le bras.
On l’a envoyé ici en Amérique pour cela aussi :
pour séparer les deux autres au cas où.
Une tête, une patate et un bras :
ils figureront tous trois
sur la nouvelle enseigne en bois prête à être accrochée
grande, belle, grosse,
recouvrant toute la façade
« Tissus et confection Lehman Brothers ».
[…]
Mais aujourd’hui Henry – la tête – a eu une idée :
désormais les Lehman vendront
non seulement des tissus et de la confection, non, tissus et confection
ne suffisent plus :

« nous vendrons aussi tout ce qui est utile pour cultiver the King Cotton ».
Emanuel – le bras – a levé les yeux et l’a regardé de travers :
“Je suis venu en Amérique pour être commerçant, pas agriculteur.”

“C’est ce que nous faisons : du commerce. Nous vendons, nous ne faisons pas autre chose.”

“Je ne veux pas vendre les seaux et les bêches pour les esclaves.”

“Tu es là pour faire ce que je te dis de faire : c’est moi qui ai ouvert le magasin.”

“Sur l’enseigne il est écrit Lehman Brothers.”

“C’est moi qui l’ai voulu, c’est moi qui l’ai fait écrire, le magasin est à moi.”

“Je ne me salope pas avec des paysans : je veux vendre du tissu.”

“J’ai fait mes calculs : les patrons des plantations achèteront les graines, les outils, les chariots.”

“Tes calculs ne sont pas les miens : je veux la sécurité.”

“Tais-toi, c’est moi qui…”

C’est là qu’intervient Mayer Bulbe,
lisse, inodore comme une patate :
« Eh oh ! Têteronde Deggoo : si nous vendions des graines et des outils vous nous les achèteriez ? »

« Graines et outils, mister Lehman ? God bless you ! Je les achèterais tout de suite : le fournisseur le plus proche est au-delà du Tennessee ! »

Emanuel crache par terre,
s’écrase et recommence à peindre l’enseigne,
« Lehman Brothers »
ça sonne bien,
ça sonne très bien.
Ça aussi c’est Henry qui l’a dit.
Et « Baruch ha shem » :
Henry Lehman a toujours raison.

L’AUTEUR

Stefano Massini, auteur de théâtre et metteur en scène, est né en 1975, en Italie.
Couronné de succès et de prix, il reçoit à l’unanimité du jury, le plus important prix italien de dramaturgie contemporaine en 2005 et ses pièces sont interprétées par les plus célèbres comédiens italiens.
Sa pièce Femme non-rééducable : mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa, créée en 2007, a été jouée dans toute l’Europe.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *