Éloge (opportuniste) de la nouvelle

- Modifié le 30/03/2020 par AudreyB

logo-article
Dessin issu de l'album "La loterie" de Miles Hyman (Casterman, 2016)

On ne dira jamais assez de bien de la nouvelle, un genre pourtant mal-aimé et qui peine à convaincre et à séduire les lecteurs face à la toute-puissance du roman. Et pourtant, pour les écrivains c’est un exercice beaucoup plus périlleux car si un texte plus long peut présenter des faiblesses et des passages moins convaincants, une nouvelle ne doit souffrir d’aucune baisse de rythme et réussir impeccablement son début et sa fin. La nouvelle se déguste dans sa globalité et a en outre l’avantage, quand on manque de temps ou quand on a du mal à se concentrer, de se lire rapidement.

Intéressés ? Voici une petite sélection des meilleurs recueils découverts récemment ; vous pouvez vous les procurer en format epub ou bien stocker les titres pour foncer les emprunter à la BmL à la réouverture ou les acheter dans votre librairie indépendante préférée plus tard.


La loterie et autres contes noirs / Shirley Jackson (Payot & Rivages) : Shirley Jackson est une magicienne. Ou une sorcière, au choix. La première nouvelle (La Loterie, ici dans une nouvelle traduction) a causé une onde de choc lors de sa parution dans The New Yorker en 1948. Quant aux autres histoires, qui racontent l’étrange qui infuse soudain dans le quotidien avec une écriture au millimètre et d’une efficacité totale, elles sont tout aussi implacablement diaboliques et déstabilisantes.

Son corps et autres célébrations / Carmen Maria Machado (l’Olivier) : une femme porte en permanence un ruban vert noué autour du cou. Elle refuse de l’enlever et de donner des explications, même à son mari… et à son fils ? Un premier livre encensé par la critique et on comprend pourquoi ; l’auteure nous offre huit nouvelles centrées autour du thème du corps, allant de l’étrange au fantastique, déjouant les codes, les genres et le genre. Magistral.

Faites comme si vous étiez morts / Sammy Sapin (l’Arbre vengeur) : j’en ai déjà parlé ici mais il faut abuser des bonnes choses surtout en ce moment.

Bienvenue à Sturkeyville / Bob Leman (Scylla) : le petit dernier. Bob Leman (1922-2006) est un écrivain américain, peu prolifique, malheureusement et injustement tombé dans l’oubli. La librairie Scylla à Paris a eu récemment l’excellente initiative de le remettre au goût du jour. C’est le plus glauque de la liste, âmes sensibles s’abstenir. C’est jouissif, c’est horrifique, c’est fantastique, ça va vous hanter longtemps si vous osez.


Sans oublier la bien nommée collection Une HeureLumière (Le Bélial’) qui propose des textes courts et denses des meilleurs auteurs français et étrangers d’imaginaire, à lire d’une traite.

Belles découvertes !

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Éloge (opportuniste) de la nouvelle”

  1. Jonathan Herbrecht dit :

    Mille mercis, enfin un éloge de cet exercice total emde la nouvelle. Les choix sont fantastiques. Et je fonce sur l’ex autres que je ne connais pas encore. Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *