Vimentine, un nouvel espoir dans la recherche contre le cancer

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 09/10/2020 par Sabine Cap'Culture Santé

Lors d'une conférence se déroulant à la Médiathèque du Bachut "Comment la recherche nourrit-elle aujourd'hui l'espoir de vie ?", une chercheuse, Marie-Alexandra Albaret a présenté les pistes de recherches de son équipe autour d'une protéine qui se présente sous forme de filaments : la vimentine. Elle pourrait présenter une piste thérapeutique prometteuse pour certains cancers.

vimentine
vimentine

Texte de Marie Alexandra Albaret :

La vimentine est une protéine qui s’assemble avec d’autres protéines de vimentine pour former des filaments. Elle appartient à la classe des filaments intermédiaires qui regroupent des polymères flexibles mais résistants. En exemple, les cheveux sont constitués principalement de filaments intermédiaires spéciaux. La vimentine est à l’intérieur des cellules et fournit un support mécanique aux cellules. Elle constitue avec d’autres protéines, ce qu’on appelle, le cytosquelette.

 

Lorsque les cellules deviennent cancéreuses, un processus, qu’il reste à comprendre, permet à la vimentine de sortir de la cellule et d’être exposée en surface. Nous la nommons alors vimentine externalisée. En surface, la vimentine perd sa fonction de support pour acquérir d’autres rôles qui vont permettre à la cellule cancéreuse de proliférer et de survivre. L’externalisation de la vimentine est un mécanisme spécifique des cellules cancéreuses.

 

De par sa spécificité et son rôle dans les cellules cancéreuses, la vimentine externalisée est une cible thérapeutique prometteuse pour le traitement des cancers dont notamment les cancers du sein triple négatif qui l’exprime fortement. Nos études montrant l’intérêt de cibler la vimentine externalisée permettront dans un futur proche le développement d’un anticorps thérapeutique anti-vimentine pour le traitement de ces cancers.

La vimentine est aussi étudiée au Canada, par une équipe de l’Université de Montréal qui étudie son rôle dans la division cellulaire.  Une observation de la surabondance de vimentine dans de nombreux cancers pourrait d’ailleurs s’expliquer par son rôle dans la division cellulaire. La découverte est importante parce qu’elle permet de dévoiler une nouvelle cible thérapeutique potentielle pour s’attaquer à différentes formes de cancer.

 

Voir la conférence complète en ligne

avec les intervenants :

  • Vincent Kapps – Onco-psychologue Clinique Charcot
  • Pascale Romestaing – Europa Donna modérateur –
  • Pierre Etienne Heudel – oncologue Centre Léon Bérard
  • Lucie Malet – chercheuse au Centre Léon Bérard
  • Marie Alexandra Albaret – chercheuses au Centre Léon Bérard

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *