logo-article

Un long voyage

Claire Duvivier

La fantasy, quand elle puise aux sources, parle du récit, de la manière de rendre compte d’événements mythologiques comme des faits historiques. Claire Duvivier a presque fait le parcours inverse, en ouvrant à travers la biographie de Liesse, enfant d’une famille de pêcheurs, la porte vers de la magie et du merveilleux.

Dans une première partie, on observe la progression sociale de Liesse à mesure qu’il suit le parcours de Malvine Zélina de Félarasie, une ambassadrice qui doit prendre un poste dans un endroit peu séduisant de l’Empire. Au fil du temps, on constate l’admiration croissante du jeune homme pour cette personnalité droite et déterminée, bien décidée à ne pas se laisser submerger par la déliquescence générale qui s’empare de ce pouvoir.

Claire Duvivier a développé un univers riche, absolument pas artificiel ; on devine une longue Histoire dans ce long voyage, et le roman semble se concentrer sur une petite histoire, individuelle, qui n’est pas là pour mettre en danger l’univers. Le Bien et le Mal ne choisissent pas l’Archipel pour leur conflit séculaire et pourtant, derrière l’apparente banalité, derrière la fascinante Malvine, se cache une magie ancienne agissant sur le Temps. L’écriture parvient tout à fait à passer de l’intimité du quotidien au conflit magique, sans perdre de sa cohérence. En refermant le livre, on sait qu’on a rencontré des personnages héroïques, sans qu’ils aient eu besoin de triompher de dragons ou de démons, et on s’attachera avec tendresse à leur courage simple et honnête.

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *