logo-article

Ship of fools / The Dockers’ museum

Allan Sekula

Voici une métaphore de The Dockers’ Museum : « ce qui est fluide, ce qui est en déplacement, s’immobilise. Il s’est immobilisé, de manière à passer d’un état à un autre […] il avait un certain état avant d’être dans le musée, il a un état différent quand il est dans le musée. » Allan Sekula

 

Photographe, écrivain, réalisateur et théoricien de l’art, Allan Sekula avait plusieurs cordes à son arc. Disparu en 2013, il laisse derrière lui une œuvre éclectique et un projet inachevé qui se déploie en une double ramification.
L’ensemble Ship of Fools  se compose d’un ensemble d’images fixes et animées réalisées par l’auteur lors de son voyage à bord du Global Mariner entre 1998 et 2000. Le second opus, The Dockers’ Museum se compose quant à lui de plus d’un millier d’objets acquis majoritairement sur ebay par Allan Sekula entre 2010 et 2013.
Cet ensemble organique, en augmentation constante, a pu être exposé huit fois avant la mort de l’auteur.

Conduit par Hilde Van Gelder, professeure en histoire de l’art moderne et contemporain à l’université catholique de Louvain, l’ouvrage Ship of fools / The Dockers’ museum retrace l’esprit du projet, et présente également un échantillon de cet ensemble titanesque. Plusieurs textes analysent l’esprit de cette œuvre, et notamment celui de Sally Stein, la femme d’Allan Sekula, qui vécut depuis l’intérieur sa constitution.

 

Pour aller plus loin, quelques ouvrages d’Allan Sekula rendent compte de la grande diversité de son champ d’expertise et de création.
Ses écrits sur la photographie
– l’ouvrage Dead Letter Office explore par l’image et l’écriture, la notion de travail dans la région de San Diego et Tijuana.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.