logo-article

Révolutionnaire & dandy

Vigo dit Almereyda

Anne Steiner

Vivre vite et mourir jeune. Voici la triste devise qui pourrait s’appliquer aux Vigo. Fils et père.

Car oui, Jean Vigo, le réalisateur de l’éternel Zéro de conduite, fût le fils de ce révolutionnaire et dandy dont il est question dans cet essai. Ici, le bref itinéraire d’Eugène Vigo dit Almereyda est retracé avec sensibilité : enfant livré à lui-même, détenu à Clairvaux à 16 ans, il devient un collaborateur essentiel du journal antimilitariste « La guerre sociale » avant de céder aux sirènes de la SFIO et de délaisser ses anciennes amours anarchistes pour un train de vie plus mondain. Compromis dans une affaire jamais élucidée, celle du « Bonnet rouge », il est emprisonné en 1917 et est retrouvé mort dans sa cellule huit jours plus tard. Il avait 34 ans. De cette trajectoire brisée, Anne Steiner, fait une biographie hors norme dans cette Belle Epoque tumultueuse.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *