logo-article

Pour une résistance oisive

Ne rien faire au XXIe siècle

Jenny Odell

Nothing tout doux

Ne rien faire est ici plus à saisir au sens d’une improductivité marchande que de de la paresse véritable, même si l’oisiveté du titre ressemble à une invitation.

L’attention et l’observation sont au centre du livre de l’artiste et philosophe américaine Jenny Odell.

Selon elle, il est notamment salutaire de se dégager des sollicitations et des injonctions des réseaux sociaux, afin de pouvoir retrouver la nécessaire attention à ce qui existe en dehors de tout optimum économique, dans l’espace public et le temps libre.

Une authentique et érudite tentative de déprogrammation émancipatrice, au cours de laquelle on croise Diogène, Thoreau, Bartleby, figures du refus et de l’inacceptation.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

One thought on “Pour une résistance oisive”

  1. nouckey dit :

    Merci merci merci !! je l’avais lu en anglais et j’attendais sa sortie en France depuis trois ans, j’avais loupé l’info. Superbe livre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.