logo-article

Pororoca

Pas un jour ne passe

Constantin Popescu

Un film très réaliste qui fait froid dans le dos.

Christina et Tudor forment une famille ordinaire avec leurs deux enfants. Quand un matin, Tudor va se promener au parc avec eux et que Maria, sa fille, disparait, c’est le début de la descente aux enfers.

Dès les premières minutes, l’ambiance est plantée, le décor aussi. Le parc, l’appartement familial et surtout les pensées sombres de Tudor enferment le spectateur dans un huis clos oppressant et captivant pourtant. On a du mal à arrêter ce long-métrage qui happe véritablement.

Jour après jour, Tudor s’éloigne des autres membres de sa famille pour retrouver sa fille, la seule personne qui compte désormais. D’obsession en folie, il va devenir ‘autre’ que celui qu’il était avant ce jour où son existence a pris le tournant vers l’ombre.

Un film qui coupe le souffle et qui met mal à l’aise. On s’y sent comme le personnage principal, apeuré, un peu fou aussi. On se met parfaitement à la place de ce père qui ferait n’importe quoi pour que ce moment ne soit jamais arrivé. Bravo au réalisateur qui réussit avec brio à retranscrire les émotions avec pudeur et force.

Un film qui replace la Roumanie à sa juste place.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *