logo-article

Venus d’ailleurs

Paola Pigani

Si ce livre aborde un sujet rebattu en cette rentrée littéraire, il sort pourtant du lot par son écriture singulière et poétique, par sa manière fine et juste de décrire la réalité de l’exil. Une belle occasion de se mettre à hauteur d’Hommes et de porter un autre regard sur cette question qui occupe bruyamment notre actualité !

2001. Mirko et sa soeur Simona, deux réfugiés albanais, arrivent à Lyon, leur nouveau lieu d’ancrage. Deux ans plus tôt, ils quittaient le Kosovo pour échapper au nettoyage ethnique perpétré par les troupes de Milosevic.

Dans ce livre, nous suivons le parcours de ces deux êtres, si proches dans leur histoire mais si dissemblables dans leur manière de vivre l’intégration. Alors que Mirko reste un « homme à moitié », que « la maladie d’être triste » ne quitte jamais, Simona s’enivre de pouvoir parler, chanter et rire « comme les français ». A eux deux, ils représentent l’ambivalence des sentiments vécus dans l’exil. D’un côté le désir farouche de s’intégrer, de l’autre la nostalgie insupportable de ce qui a été quitté.

Avec ce roman, nous prenons la mesure de ce que cette épreuve a d’inhumain, de ce qu’elle suppose de détachement de soi. Nous (re)découvrons aussi tout un pan de l’histoire lyonnaise contemporaine, véritable plaque tournante de l’aide aux demandeurs d’asile.

Paola Pigani impressionne par son écriture sensible et percutante, loin de tout cliché et de tout pathos.

« Rien n’est impossible pour elle. Mirko ignore où se logent ses souvenirs, ses douleurs d’avant. Dans ses talons qu’elle fait si bien claquer ? Sous la peau de son ventre dont elle a verrouillé le nombril avec un piercing ? Sous ses paupières quand elle s’endort ? Il songe qu’elle a grandi et vieilli plus vite que lui. Il a simplement besoin de la savoir dans la même ville, prête à traverser deux arrondissements pour vérifier qu’il va bien, qu’il soigne ses crevasses et ne fume pas trop. »

Née en 1963 en Charente dans une famille d’immigrés italiens, Paola Pigani vit aujourd »hui à Lyon où elle partage son temps entre l’écriture et son métier d’éducatrice. Très remarquée en 2013 avec son premier roman N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures, au succès critique et public, Paola Pigani s’est d’abord fait connaître en tant que novelliste et poétesse de qualité.

Blog de Paola Pigani :
- La renouée aux oiseaux

Les romans de l’exil de cette rentrée littéraire :

- Encore de Hakan Günday (Galaade) :
- Les Echoués, de Pascal Manoukian (Don Quichotte)

- Nous serons des héros de Brigitte Giraud (Stock)

- Sœurs de miséricorde de Colombe Schneck (Stock)

- La Ballade du calame d’Atiq Rahimi (L’Iconoclaste)

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *