logo-article

Okovi

Zola Jesus

C’est en 2009, que l’on découvre pour la première fois Nika Roza Danilova sous le nom de Zola Jesus. Avec sa formation lyrique et son univers à mi-chemin entre pop gothique et Dark wave, la jeune Américaine ne tarde pas à se faire un nom.

Elle revient aujourd’hui avec « Okovi » son sixième opus, un album écrit dans la douleur, pendant une période de dépression durant laquelle elle a vu plusieurs de ses proches se battre pour la vie pendant que d’autres tentaient d’y mettre fin… Il en résulte un album tout en contraste où la noirceur de ses  compositions n’a d’égal que l’éclat de sa voix.

 

 

 

Le premier morceau « Doma »  avec ses chœurs cantiques-électro donne le ton de l’album et nous transporte dans une pseudo prière. Puis viennent les très hypnotiques « Ash To Bone », « Witness » ou  « Siphon » ainsi que l’oppressant  « Exhumed » dont les percussions semblent rappeler les battements d’un coeur qui s’emballe. Sur « Wiseblood » et « Remains », c’est la voix puissante et poignante de Danilova qui interpelle tandis que sur « Soak », et son côté plus rock industriel, ce sont les textes . En effet, cette chanson, terriblement sombre est écrite du point de vue de la victime d’un tueur en série qui préfère se noyer plutôt que d’être assassinée. « Je pensais à ce moment crucial dans l’esprit de la victime, quand elle sait qu’elle va mourir« , a expliqué Zola Jesus . « Elle repense à sa vie et à la futilité des décisions qu’elle a prises […] ».

Enfin, « half life », le dernier titre est un  morceau tout aussi larmoyant que le reste de l’album mais dont les cordes, légères et délicates finissent par provoquer un sentiment de délivrance et d’espoir.

 

 

 

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *