logo-article

Monsieur

Rohena Gera

Un huis clos sentimental sur le système des castes en Inde

Ratna, une villageoise, entre au service d’Ashwin, un riche citadin de Mumbai. Si ce dernier a tout, il semble pourtant avoir renoncé à ses rêves. A l’inverse de Ratna, qui entend bien devenir créatrice de mode. Dans cet appartement, où les corps sont amenés à se frôler, une attirance naît peu à peu entre le maître et la servante.

Premier long métrage de la réalisatrice indienne Rohena Gera, Monsieur traite un sujet encore tabou en Inde : le système très cloisonné des castes, qui, bien qu’aboli, demeure toujours ancré dans les mentalités. Dans la lignée de The lunchbox, avec sobriété et une écriture toute en demi-teintes, la réalisatrice choisit, à travers l’histoire d’un amour interdit, de montrer sans ostentation et sans manichéisme. Plus que les mots, ce sont ici les silences qui parlent, les cadrages, les travellings à travers les cloisons, ou la façon de capter les gestes de l’intime. Si le film dénonce l’injustice des castes, il le fait de l’intérieur, dans une relation d’égal à égal, où chaque personnage révèle le meilleur de lui-même.

Un film intense qui, au-delà de la culture indienne, interroge le poids des conventions et du regard des autres.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.