logo-article

Les Soviets en Russie

1905-1921

Oskar Anweiler

C’est une réédition de l’ouvrage de 1972, mise à jour et publiée chez Agone. Elle inclut l’avant-propos de l’auteur à l’ancienne parution et quelques intéressantes préfaces thématiques.

L’ouvrage d’Anweiler a été qualifié de précurseur car il mène un travail d’analyse et de réflexion distinguant les différentes périodes et institutions que le commun des mortels appelle les Soviets : comités de grève, conseils d’ouvriers, de paysans, de soldats, comités d’usine, etc.

L’auteur présente une optique qui rompt avec une vision assez répandue parmi les historiens, qui voudrait que les Soviets soient l’outil de pouvoir par excellence du bolchévisme. Cet ouvrage propose une autre perspective : conseils d’autogestion, engagés dans une démocratie directe, à l’image des vetché dans l’ancienne Russie, les Soviets seraient plutôt des centres de pouvoir formés « spontanément » par les classes populaires et investis par les bolchéviks dans un second temps pour s’assurer le pouvoir. On pourrait dire qu’ils incarnent une forme de « Révolution pure ».

 

 

L’œuvre d’Oscar Anweiler a sans aucun doute inspiré la réflexion de Fabrice Bouthillon, publiée sous le titre de « Brève histoire philosophique de l’Union Soviétique ». Pour ce professeur d’histoire contemporaine qui cite cette référence dans l’introduction, l’apparition des rassemblements populaires, dans leur pureté, relève du sublime et donc de l’éphémère. Les Soviets ont permis, selon lui, de « faire l’expérience réelle d’une liberté absolue ». L’analyse menée par l’auteur est à la fois politique, philosophique et théologique, ce qui la rend originale.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *