logo-article

Le ciel à bout portant

Jorge Franco

Portraits croisés d'une ville, Medellín, d'un narcotrafiquant, le père et de la génération qui en est issue, le fils

« -Au fait, mec, je t’ai souhaité la bienvenue en enfer ? »

C’est avec cette question que Pedro accueille son ami Larry à son retour dans sa ville natale de Medellín, pour l’entraîner dans une nuit effrénée et décadente, célébrant l’Alborada. Cette fête populaire, sous prétexte de commémorer l’arrivée du mois de décembre, porte la ville à un état de confusion totale, d’explosions de pétards, d’alcool et de feux d’artifices. Comme pour nous rappeler que le pays n’en n’a pas complètement fini avec l’époque sombre des cartels, emplie de violence et de cocaïne.
Larry, exilé à Londres, est revenu pour enterrer son père, ancien bras droit d’Escobar. C’est l’occasion d’affronter son passé, de porter un regard sur l’ambivalence de son enfance privilégiée, protégée par la fortune de son père, pendant laquelle il a refoulé les rumeurs d’enlèvements, de tueries et de règlements de compte qui parvenaient jusqu’à lui. Mais aussi de revivre les quelques mois de pure angoisse qui ont suivi l’exécution d’Escobar par les forces de police, et pendant lesquels, la justice, les cartels concurrents et les victimes du baron de la drogue ont traqué ses fidèles lieutenants.
Et tout en faisant face au houleux présent et aux remontées d’un passé douloureux, Larry cherche une échappatoire en se remémorant sa surprenante rencontre avec Charlie, une jeune colombienne, dans le vol Londres- Bogotá…

Le talent de Jorge Franco est de nous faire suivre trois fils narratifs et temporels avec une grande fluidité, en maniant dans un style alerte, vérité historique et construction fictionnelle. A travers le prisme particulier de ce fils de narcotrafiquant et de personnages complexes et attachants, il nous donne à voir le réalisme effroyable d’un pays, captivant et dérangeant.
Et en arrière-plan, le portrait contemporain de la ville de Medellín et de ses habitants qui laisse plutôt songeur…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *