logo-article

L’anaconda

Lewis, Matthew Gregory

« Je vous supplie de m’abandonner à mon malheureux destin : fuyez ….. »

Première réédition depuis 1822, l’Anaconda est un célèbre roman gothique de Lewis.

Ceylan, 1780.

Un énorme anaconda assiège sa proie durant des jours. Il attend perché sur un arbre qu’un homme sorte du pavillon, loin de la demeure principale.

Un pavillon qui ressemble de plus en plus à un tombeau.

Comment se comporter face à cette nature sauvage venue de la jungle indienne ?

Telle est la question de la proie, et de ceux qui veulent la sauver.

Quant au serpent, il reste attentif aux moindres gestes.

L’Anaconda est un roman court. Il a pour décor une terre exotique, et un animal qui a dû terrifier les lecteurs Anglais de 1822.

L’atmosphère angoissante, la terreur des protagonistes, la description du monstre sont magnifiquement rendus.

Certaines caractéristiques sociales nous paressent caricaturales, mais elles sont le reflet de l’époque.

Prenons pour exemple, le vieil esclave indien dévoué jusqu’à la mort à son patron qui est si bon : le maître. Ou encore, la femme qui ne fait que s’évanouir, pleurer, et estime que son sacrifice n’est rien pour sauver celui qu’elle vénère : son mari.

L’anaconda, dans ce récit, possède «  une haleine pestiférée exhalée par les mâchoires, comme un poison maléfique, pour planter les graines de la dissolution. ». De quoi en faire des cauchemars.

http://1.bp.blogspot.com/-jPmX8r4ie48/T6wD7EWFcsI/AAAAAAAAGSQ/0n8CHAme400/s1600/anaconda-Python.jpg

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.