logo-article

L’âme en péril

les Ezidis d’Iraq

Eric Connor

Le peuple ézidi (prononcer « é » et non pas « yé », selon les membres de cette communauté interviewés dans le film) se définit avant tout par sa religion, le yézidisme, monothéisme apparu en Mésopotamie il y a plusieurs millénaires. Héritier du zoroastrisme et du mithraïsme, il s’est enrichi au cours du temps des apports du christianisme et de l’islam. Les textes sacrés de cette culture sans écriture ne furent consignés qu’au XIXe siècle.

L’auteur de ce documentaire s’est immergé dans le pèlerinage annuel à Lalish, au Kurdistan irakien, lieu supposé de la création du monde, là où Dieu aurait insufflé l’âme dans le corps d’Adam, après que celle-ci eut exigé d’y être accompagnée de musique de tambours et de flûtes. La vénération d’un ange déchu, le paon Tawsi Melek, chef des 7 anges créés par Dieu et mandaté par lui pour la gestion des affaires humaines, ainsi que le culte rendu aux éléments naturels et au taureau font du yézidisme un syncrétisme souvent raillé par les autres religions. Composée de castes rigides, cette société, pourtant pacifique, n’autorise aucune transgression qui remettrait en cause la “pureté” du peuple et la transmission à l’identique de ses traditions.

Ce film, tourné en 2011, n’aborde pas les questions politiques et les tentatives d’extermination des Ezidis perpétrées par l’Etat islamique, bien qu’il évoque les conflits récurrents avec les voisins musulmans. Il s’attache principalement aux rites et à la vision du monde de ce peuple mis en danger par la mondialisation, dans une forme peut-être pas très originale ( choix d’un évènement rituel pour présenter une culture ) mais qui sait susciter notre curiosité et notre empathie.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.