logo-article

Lady Helen

Le club des mauvais jours

Alison Goodman

1812, Angleterre. Helen est une jeune femme de la bonne société parfaitement ordinaire. Ses journées sont partagées entre l’heure du thé, la chasse à la robe parfaite à porter pour une présentation à la Reine et la recherche d’un mari. Le seul bémol ? Helen est en réalité une Vigilante, une chasseuse de démon.

Le club des mauvais jours commence au beau milieu de la Régence anglaise (1811-1820) dont l’atmosphère étouffante est minutieusement reproduite tout au long du livre. Helen, jeune fille de bonne famille, vient d’avoir 18 ans. Son existence est donc entièrement régie par de nombreuses règles. L’heure du souper, le nombre de plats, les robes à porter, les paroles à prononcer etc. Chaque geste, chaque murmure est scruté et commenté.

Mais dans ce décor ou seul le paraître importe et ou les femmes sont plus souvent reléguées au rang d’objets que de personnes, Helen détonne. Elle est intelligente, franche, volontaire et rêve d’un monde ou le mariage n’est pas la seule possibilité. Son souhait se trouve exaucé lorsqu’elle découvre une vérité bien cachée. Les démons existent en Angleterre et un groupuscule – le club des mauvais jours – se charge de les combattre. Seuls peuvent y entrer les Vigilants, des protecteurs possédant une force et des pouvoirs hors du commun. Seul problème, les Vigilants sont majoritairement des hommes.

Helen, comme sa mère autrefois, se découvre les pouvoirs d’une Vigilante. Il lui faut alors apprendre à vivre une double vie. Maintenir sa réputation et se chercher un mari dans la journée. Apprendre à se battre contre des démons la nuit.  Compliqué ? Pire encore Helen se retrouve encerclée de toute part par la misogynie ambiante.

Sa valeur aux yeux de sa famille repose sur sur sa capacité à ferrer un bon époux. Sa nature de femme lui vaut des reproches de la part du reste des Vigilants. Très vite on lui demande de faire un choix. Etre une femme ou être un Vigilant. Helen retrouve déchirée entre ses nouveaux pouvoirs de Vigilante et ce que sa famille attends d’elle. Le club des mauvais jours signe finalement les premiers pas vers l’émancipation de sa jeune héroïne.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *