logo-article

Kerozene

Adeline Dieudonné

Dans la lancée de son premier roman "La Vraie vie", Adeline Dieudonné dresse un panorama sombre de notre société.

Unité de temps et de lieu : il est 23h12 dans une station-service au bord de l’autoroute des Ardennes. Les protagonistes  : des femmes et des hommes qui se croisent sous la lumière crue des lampadaires et dans les effluves de carburant. Ils sont 13, plus un cheval et un cadavre pour pimenter le tout. Ils n’ont rien en commun à part la nécessité de s’arrêter dans cet endroit glauque. Jusqu’au drame final.

Adeline Dieudonné réunit des êtres venant d’horizons différents géographiquement, socialement et mentalement. Chacun à son histoire marquée par une souffrance, un mal-être ou une obsession. Par le biais de ce kaléidoscope de personnages cabossés, l’autrice aborde une multitude de thèmes : la domination et l’exploitation de l’autre, la solitude, le culte de la performance, les relations entre les femmes et les hommes, les relations entre les humains et les animaux, la fin de vie, l’ennui… Et il n’y a pas de place pour l’empathie. Il est alors tentant de franchir les garde-fous.

L’écriture à la fois limpide et incisive restitue sans fard la cruauté des relations humaines, quand elles existent…

On ressort un peu frustré et surtout groggy par la noirceur des âmes. Les situations parfois cocasses éclairent à peine une vision désespérante de la vie.

Livre présenté lors de la soirée “Le meilleur de 2021” par les bibliothécaires du Point du Jour

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.