logo-article

Kaspar l’obscur ou L’enfant de la nuit (1833)

: essai d'histoire abyssale et d'anthropologie sensible

Hervé Mazurel

Kaspar Hauser, enfant sauvage séquestré jusqu’à ses 16 ou 17 ans, réapparaît en 1828 sur la place de Nuremberg.

Qu’est-ce que cette brusque entrée dans le monde commun, comme une seconde naissance, révèle de l’existence humaine ? C’est à cette question que l’ouvrage tente de répondre en décryptant les effets de l’isolement sur son comportement face à la société (rapport au temps et à l’espace, perception, relation aux autres…), aboutissant à la description d’un « être anhistorique ». En effet, le portrait de Kaspar fonctionne comme un miroir et nous montre à quel point l’histoire est gravée dans nos corps, nos esprits et chacun de nos gestes. Un très beau livre qui interroge nos vies au prisme de l’histoire et du sensible.

Vues : 0

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *