logo-article

Le corps des autres

Ivan Jablonka

Le métier d’esthéticienne mis à nu !

L’historien Ivan Jablonka s’intéresse au métier – bien souvent dévalorisé – d’esthéticienne, en allant à l’encontre des clichés qui pèsent sur cette profession.
Pour étayer son propos, il récolte les témoignages de douze d’esthéticiennes travaillant dans des instituts très différents.

« Mon enquête porte sur celles dont le métier est de s’occuper du corps des autres, pour leur bien-être et leur agrément. Privilège de celle qui sait rendre belle ; abaissement de celle qu’on admet dans son intimité, comme une servante. On lui confie ses espoirs et ses désirs, mas on lui sous traite les taches déplaisante qu’on répugne à effectuer soi même »

La profession, qui requiert de nombreuses qualités relationnelles et compétences techniques, est pourtant peu reconnue socialement. On ignore bien souvent les difficultés que rencontrent les esthéticiennes, tant dans les relations avec les clientes que dans les contraintes physiques qu’imposent l’exercice du métier. A force d’embellir le corps des autres, celui de l’esthéticienne s’use quotidiennement :

« A la fin de la journée, tu n’as plus de pieds. Tu piétines énormément. Tu es toujours en mouvement, toujours debout. […] Les massages et les palper-rouler font forcer au niveau du poignet. Tu es très tendue, dans une posture crispée »

L’accent est également mis sur l’aspect « social » de la profession. En effet, le métier est, d’une certaine façon, paradoxal. L’esthéticienne s’occupe du corps des autres, l’embellit, en prend soin… sans pour autant faire partie du corps médical. L’intimité imposée par une épilation, un soin du corps, incite parfois la cliente à se livrer de manière très personnelle. C’est en cela que le rôle de l’esthéticienne prend une toute autre dimension. Elle n’est plus seulement celle qui embellit le corps, mais aussi celle qui reçoit les angoisses et les questionnements intimes de sa cliente.

En lisant cet ouvrage, on se demande alors comment les esthéticiennes vivent cette intimité du corps… et du psychisme des autres.

Une enquête très intéressante sur un métier de l’ombre.

Pour en savoir plus :

- Vous pouvez réécouter une interview de l’auteur, disponible sur le site de France culture.

- Lire une critique de Maud Navarre, sur le site du magazine Sciences humaines.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.