logo-article

Iron foundry…

Alexander Mossolov

Voici un programme qui remet en lumière un musicien vite catalogué par son célèbre « Fonderies d’acier ». Ce fragment de « ballet industriel », motoriste et prolétarien a longtemps occulté les autres talents de cet élève de Prokofiev, dont il a brillamment assimilé la musique. Son répertoire pour piano en atteste, comme cette sonate n°1, quasiment inédite au disque. Le concerto pour piano, écrit en 1927, préfigure ambitieusement la veine « anti-romantique » du genre, 6 ans avant celui de Chostakovitch, tandis que la sonate pour violoncelle joue d’un romantisme troublé, où un piano inquiet et remuant vient “dissonner” la mélodie du violoncelle. Un jalon essentiel de la modernité musicale russe.

Nom du morceau en écoute : “Concerto pour piano : Lento sostenuto”

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.