logo-article

Il faut tenter de vivre

Eric Faye

« Oui, elle m’intriguait : elle réussissait à vivre sur les marges quand j’en étais totalement incapable, avec mon honnêteté paralysante »

Le double de l’auteur rencontre Sandrine Broussard dans une soirée. Cette jeune femme, marginale, éprise de rêves et d’absolu, a vécu 10 ans d’arnaques, prise au jeu de l’escroquerie et du luxe. Elle est aux antipodes du narrateur, dont on sent l’admiration palpable à travers les pages.

Un court récit, charmant, délicat, sensible, brillant de simplicité.
Le titre est emprunté à un vers du poème Le Cimetière marin de Paul Valéry paru en 1920 ; évoqué par Georges Brassens dans sa chanson Supplique pour être enterré à la plage de Sète (1966) et à l’origine du titre du roman Le vent se lève de Tatsuo Hori (1936), lui-même adapté en film d’animation par Hayao Miyazaki (2013).

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.