logo-article

Daydreamer

Molly Burch

"Daydreamer," le dernier album de Molly Burch, fait un pas audacieux vers le passé, capturant l'essence de la pop des années 80 tout en explorant des thèmes personnels profonds.

Molly Burch nous avait déjà charmés avec “Romantic Images,” et elle poursuit sur cette lancée avec “Daydreamer.” En collaborant avec le producteur Jack Tatum, alias Wild Nothing, Burch s’aventure dans les influences des années 80. Elle réussit à marier habilement des rythmes pop entraînants avec une profonde réflexion personnelle, explorant des thèmes issus de ses journaux intimes débutés à l’âge de 13 ans, notamment la timidité, la dysmorphie corporelle et l’anxiété.

L’album s’ouvre sur “Made of Glass” un titre qui évoque un passé révolu tout en insufflant une énergie contemporaine. Les rythmes pop se mélangent à des arrangements de cordes mélancoliques pour créer une expérience musicale riche en émotions.

Unconditional” explore les douleurs de l’amour non partagé avec une esthétique rappelant Madonna dans les années 80. “Physical” se distingue par son ambiance sombre et sensuelle, évoquant les luttes de Molly contre le syndrome prémenstruel ainsi que les défis de la santé mentale et physique.

Tattoo” est une ode à la mémoire de sa meilleure amie, décédée en 2009. Cette ballade éthérée est enrichie par des cordes de harpe et des chœurs poignants faisant sans doute de ce titre la chanson la plus émouvante de l’album.

Daydreamer” est donc un album chargé d’émotion qui marie les influences rétro des années 80 à une production moderne dans lequel Molly Burch réussit à exprimer des thèmes personnels profonds sans perdre l’aspect entraînant de sa musique… Bref, un album à la fois captivant et personnel qui résonnera auprès d’un large public.

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *