logo-article

Corps en grève

Valentine Boucq et Amandine Wadre Puntous

Lyon, mars 1973. C'est l’histoire de travailleurs tunisiens qui entament une grève de la faim afin de faire valoir leur droit

L’autrice Valentine Boucq donne à lire un premier roman graphique très documenté, qui raconte le combat oublié de ces travailleurs immigrés sans-papiers qui vivent au début des années 1970 à Feyzin dans l’un des derniers bidonvilles français alors menacé de fermeture par les autorités. Durant vingt jours, soutenus par des militants associatifs français et des prêtres ouvriers, ces 23 immigrés lutteront, installés dans la cure de l’église Saint Pierre du quartier de Vaise. Ils vont tenir ensemble jusqu’à obtenir leur régularisation par  la préfecture.

La dessinatrice Amandine Wadre Puntous donne corps à cette lutte sociale grâce notamment à une colorisation de ses dessins dans les tons bruns, dont la monochromie renforce l’épure de ce sujet délicat et puissant.

Cette histoire résonne d’actualité en faisant terriblement écho à la situation actuelle des immigrés dans les « jungles » et les campements de fortune, en France et dans tous les pays d’accueil.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.