logo-article

Céder n’est pas consentir

Une approche clinique et politique du consentement

Clotilde Leguil

Qui ne dit mot ne consent pas

Ce titre-aphorisme, collage féministe, ne s’adresse pas ici à un autre, mais se pose comme l’interrogation de soi à propos de son propre consentement.

Avec une extrême finesse et une rigoureuse intensité, Clotilde Leguil, psychanalyste et philosophe, explore avec ce livre nécessaire ce qu’elle nomme l’opacité du consentement.

Dans l’intimité du sujet, à travers les frontières complexes, poreuses et réelles de la pulsion et du désir. Donc des traumatismes engendrés par l’irrespect de ces limites. Ici, céder c’est subir un forçage ou se forcer. Ici, consentir c’est prendre le risque de faire confiance au désir de l’autre.

Un travail essentiel et propice à l’éclairage des situations déséquilibrées et abusives liées à la rencontre.

Intime et politique.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.